Lecture pour le Saint Jour de Pâques.

Le Mot Pâque signifie en hébreu passage.

Le Mystère que la Sainte Église célèbre en ce jour est appelé de ce nom, à cause du rapport qu’il a avec la Pâque des Juifs qui était le souvenir de leur passage de l’esclavage à la liberté.

La Pâque des chrétiens ; c’est l’anniversaire de la Résurrection de Jésus-Christ, c’est-à-dire de son passage de la mort à la vie ; passage par la vertu duquel le Sauveur a triomphé du démon et nous a fait passer de la servitude du péché à la liberté des enfants de Dieu.

Ce mystère fait le sujet de notre plus grande joie, parce qu’il est le fondement de notre foi, le motif et le soutien de notre espérance et notre plus douce consolation dans les maux de cette vie. Jésus-Christ par sa résurrection confirme la vérité de sa doctrine, établit la certitude de sa mission, sa qualité de Fils de Dieu, la vertu du sacrifice qu’Il a offert sur sa croix ; l’éternité de son sacerdoce, les récompenses de la vie future et la résurrection glorieuse de nos corps au dernier jour.

Aussi, l’anniversaire de ce sublime événement est, chaque année ; le Grand Jour, le Jour par excellence, le Jour d’allégresse ; c’est à lui qu’aspire l’année tout entière ; c’est sur lui qu’elle est fondée.

Le Temps Pascal, qui commence aujourd’hui et se prolonge jusqu’à la Pentecôte, ne fait que continuer cette grande solennité pendant cinquante jours, et nous représente la félicité éternelle des Cieux, cette véritable Pâque qui couronnera les sacrifices, les souffrances et les combats de la vie ; c’est le temps le plus heureux, le plus beau, le plus joyeux de toute l’année chrétienne. Pendant tout ce temps, l’Église fait éclater sa joie de mille manières :

Elle ne quitte plus ses vêtements de fête ; Elle ne chante plus que des cantiques d’allégresse : l’Alleluia retentit sans cesse sous les voûtes sacrées ; Elle ne peut se lasser de le redire ; c’est le chant des bienheureux dans la gloire ; l’Église l’emprunte au ciel pour chanter ici-bas son bonheur et enflammer tous ses enfants de ferveur et d’amour.

Le souvenir de la Résurrection de Jésus-Christ, la contemplation des joies éternelles, l’imitation de la vie nouvelle et glorieuse du Sauveur doivent faire, en cette Fête des Fêtes et pendant le Temps Pascal, notre occupation la plus chère et la plus constante.

La Procession solennelle aux Fonts, qui a lieu en ce jour, durant l’Office des Vêpres, est encore un des restes de cette belle et antique discipline de l’Église que nous avons expliquée hier, à l’occasion de la Bénédiction des Fonts. En conduisant les néophytes au bord de la fontaine sacrée, où cette nuit même, ils étaient descendus, chargés de leurs péchés, et d’où ils étaient remontés, comme le Sauveur, du tombeau, tout éclatants de lumière et d’immortalité, l’Église voulait imprimer en eux plus profondément encore le sentiment qu’ils devaient conserver toujours du bienfait qu’ils avaient reçu dans cette eau purifiante, et de la ressemblance qu’ils avaient contractée alors avec Jésus-Christ ressuscité qui ne meurt plus.


Pour aller plus loin…

La Résurrection

Billet spirituel « Lundi de Pâques »

Marie-Madeleine au Sépulcre

Au soir de Pâques. L’apparition au groupe des Apôtres.

La vraie marque de l’amour divin (Répétition)


Messe du Jour

Dimanche de Pâques


Notes & Références

Semaine Religieuse de Bayeux, 1865.

Votre voix nous intéresse

Vous avez une question... ou plusieurs !?? Un sujet vous intrigue ?

Devenez un chrétien actif, participez à l'élaboration de notre calendrier éditorial en nous envoyant vos idées, vos suggestions pour nos prochains articles.

Ou donnez-nous juste votre avis en dessous...

Un membre de notre équipe se fera un plaisir de vous répondre.

Textes à Méditer

Chants & Prières

Temps Liturgique

Choix de la Rédaction